Les interventions chirurgicales gynécologiques font partie des interventions chirurgicales les plus courantes.

La prise en charge de pathologies gynécologiques bénignes ou fonctionnelles (non cancéreuses) permet de régler bon nombre de symptômes très ennuyants et handicapants dans la vie de tous les jours. Elles permettent également à la suite d’un dépistage, d’éviter l’évolution vers d’autres pathologies cancéreuses.

Ainsi, voici une liste non exhaustive des interventions pratiquées dans notre clinique et de leurs indications les plus fréquentes :

Hystérectomie (ablation de l’utérus) totale ou subtotale, avec ou sans annexectomie (ablation des trompes et des ovaires). Cette intervention peut être réalisée par voie abdominale (laparotomie) ; par voie coelioscopique ou par voie vaginale (voie basse). Elle est indiquée lors que le traitement médicamenteux n’est plus efficace contre des douleurs pelviennes ; hémorragies génitales ; fibromes utérins ; adénomyose.

Kystectomie ovarienne par coelioscopie ou par vie abdominale : il s’agit de l’ablation d’un kyste ovarien bénin, organique, par exemple de type séreux, mucineux ou dermoïde.

Salpingectomie par coelioscopie : il s’agit de l’ablation d’une ou des deux trompes utérines. Cette intervention est parfois indiquée en cas de grossesse extra-utérine ou de stérilité d’origine tubaire.

Conisation : il s’agit de l’ablation d’une partie du col de l’utérus par anse diathermique ou au laser. Cette intervention est indiquée dans le cas de la présence de lésions pré-cancéreuses du col utérin.

Laser : il s’agit de l’ablation de verrues génitales par Laser.

Tumorectomie du sein : il s’agit de l’ablation d’un nodule du sein. Il peut s’agir d’un fibroiadénome ; d’un hamartome.

Pyramidectomie du sein : il s’agit de l’ablation d’un fragment triangulaire du sein, indiquée lorsqu’il existe un papillome intra-galactophorique, c’est-à-dire une petite tumeur situé dans un canal lactifère et responsable d’écoulement sanguinolent ou verdâtre par le mamelon.

Epreuve au bleu avec Plastie tubaire par coelioscopie : il s’agit d’une intervention visant à réparer des trompes utérines « bouchées » dans le cadre du traitement de la stérilité.

Hystéroscopie opératoire : il s’agit à l’aide d’une caméra, de retirer un polype ou un fibrome intra-utérin souvent responsable de saignements ou de stérilité. Cette intervention est parfois proposée en cas d’adénomyose utérine afin d’éviter une hystérestomie (l’ablation de l’utérus).